Caro - Correctrice

Comprend : la révision d'un texte français. Prix par mot.


________________________

La publicité francophone faite par et pour les québécois

Saviez-vous que la pub québécoise a fêté ses 50 ans en 2013?

Durant la semaine nationale de la publicité (26 au 31 janvier 2013), le site officiel n'était disponible qu'en anglais (http://advertisingweek.ca) et il aurait dû souligner le 50e anniversaire de la publicité faite au Québec pour le Québec! Comme ça n'a pas été le cas, voici ici un petit survol des 50 ans de la publicité québécoise...



Publicité des années 1930

La publicité orale de la radio dans les années 1930 prend son envol et récupère un bon pourcentage des budgets publicitaires qui, jusque là, étaient presque exclusivement détenus par la presse. Mais les années 1930, c’est aussi la décennie du premier crash économique. Ce qui inévitablement influencera l'approche publicitaire. Un Canadien sur cinq dépend de l'aide gouvernementale pour survivre! C’est pourquoi les messages publicitaires deviennent très concis, sans fioriture. Ils vont droit au but sans prendre de gant blanc. Conceptuellement, cette austérité économique se traduit par une publicité tout aussi austère, sans embellissement visuel ou linguistique.


À ses débuts, la publicité diffusée au Québec était souvent conçue ailleurs puis traduite à l'intention du marché québécois. Trop souvent, les traductions étaient neutres, insipides et contraires aux règles les plus élémentaires d'un style publicitaire efficace.


Publicité des années 1940

Le droit de vote est accordé aux femmes, par le fait même, la publicité s'adresse de plus en plus à madame. La femme n'est plus simplement l'ombre de son époux, elle est une consommatrice potentielle et graduellement, elle prend le contrôle des budgets de leur famille. C'est aussi la Seconde Guerre mondiale, la propagande bat son plein pour motiver la conscription. Dans son jeu, le gouvernement canadien possède une carte cachée : les ménagères. Quand le fédéral décide de faire contribuer chaque citoyen à l'entreprise de guerre, il compte sur les 2 285 370 femmes enregistrées comme ménagères pour l'aider. Avec le contrôle de 80 % à 85 % des achats au détail, ces femmes déterminent en grande partie le niveau de consommation au pays. Ce pouvoir d'achat va largement aider à développer et orienter l'économie de guerre.
http://bit.ly/e58Fkj


Publicité des années 1950

Deux événements vont profondément modifier le visage de la publicité québécoise : la venue de la télévision en 1952, le lancement du Publicité-Club en 1958.

La télévision, en tant que médium multimédia (qui sollicite le regard et l'ouïe), s'accommode mal de la postsynchronisation des messages commerciaux américains et ontariens. Les publicitaires québécois proposent l’adaptation libre qui permet une plus grande fluidité de la traduction.

Cinq ans plus tard, en 1958, naît le Publicité-Club (après trois tentatives de lancement), les publicitaires d'ici vont prendre conscience qu’ils sont plus de 200 à souhaiter la même chose : une publicité crée par et pour les francophones.

C'est à l'École des Hautes Études commerciales que se donnera le premier cours de publicité française en Amérique du Nord. 


Publicité des années 1960

C'est l'apparition de l'une des premières agences de publicité francophone : BCP Publicité (1963).

C'est aussi l'époque de la Révolution tranquille au Québec. Emboîtant le pas, l’agence BCP tente de conquérir de gros budgets nationaux en suggérant aux annonceurs d’avoir deux agences, une pour le marché anglophone et BCP pour le marché francophone. Car à cette époque, il y avait des publicités québécoises, mais elles étaient trop timides. Un changement important devait s'opérer.

Quoique les Canadiens français représentaient 28 % de la population du Canada, ils contrôlaient moins de 3 % des dépenses publicitaires. Ainsi, l’émergence du nationalisme québécois a forcé l'industrie à se rendre compte que le Québec existait.


Publicité des années 1970

Sous la pression de l'urbanisation et de l'industrialisation croissante — leurs élites traditionnelles ont beau s'y opposer, on assiste à une transformation radicale du Québec. L'identité nationale connaît un nouvel élan. Ceux qui s'étaient définis comme Canadiens, Canadiens français, deviennent massivement des Québécois. 

Deux autres événements participent aux virages de la nation québécoise : la création de l'Office québécois de la langue française suite à l'adoption de la Loi 101 et la publication par Jacques Bouchard de « Les 36 cordes sensibles des Québécois », un essai sur les spécificités comportementales de la population québécoise. (M. Bouchard s'appuie en partie sur les travaux de Marcel Rioux)

Vient alors l'époque des publicités nationalistes. Le leitmotiv « une publicité crée par et pour les francophones » se transforme en « une publicité pour et par les Québécois ».

Désormais, la publicité se rapproche de son public. Fort de l'influence américaine, le tutoiement devient même de rigueur, ce qui ne se serait pas vu en France!


Publicité des années 1980

Le règne de la publicité sociétale. C'est une « publicité qui ne vend pas de produits dans le but de faire des profits; cette autre publicité, la publicité sociale, vise plutôt à transformer les attitudes et les comportements en vue du bien commun. » (Claude Cossette. La publicité, déchet culturel, les éditions de l'IQRC, 2001, p.167)

« La publicité sociétale est une forme de communication qui prend racine dans le vécu et qui s’adresse à du vécu. Elle vise à sensibiliser l’opinion, à informer, à éduquer, à changer des attitudes, à raffermir ou à abolir des habitudes, à convaincre de la légitimité d’une opinion. » (T. Sévigny. – 1980, cité dans « La publicité sociétale, l'autre publicité » de Jacques Bouchard.)

Le placement de produits devient de plus en plus populaire durant les années 1980, avec la scène cruciale du film E.T. l'Extraterrestre (1982) qui montre les friandises Reese's Pieces. Les ventes de ces friandises ont alors bondi de 65 %. Depuis, le placement de produits dans les films à la télé et de plus en plus dans les jeux vidéo est une technique courante de marketing.


Publicité des années 1990

À partir des années 90, on remarque à nouveau que la langue publicitaire québécoise glisse vers l'anglais. De plus en plus d'affiches et de messages utilisent en tout ou en partie cette langue pour véhiculer leur message, suivant ainsi une tendance mondiale où l'anglais symbolise le pouvoir et ne représente plus simplement la langue d'un peuple ou d'une culture. On n'hésite plus à diffuser une publicité télé sur une chanson exclusivement anglophone, ce qui aurait été jugé parfaitement indécent dix ans plus tôt. En fait, l'anglais, largement aidé par l'émergence d'Internet, est devenu le langage universel qui ouvre toutes les portes, qui transcende toutes les cultures. Et la publicité ne saurait se priver d'un levier aussi fort dans une période où la tendance est à la « mondialisation ».

Curieusement, le français est la quatrième langue la plus parlée au monde (après l’anglais, le chinois et l’espagnol), mais elle occupe la huitième place quant à sa présence sur Internet!

___________________________________

L'importance du français à l'échelle mondiale


L'internaute francophone constitue une clientèle cible encore sous-développée. Ce n'est pas seulement sous un point de vue nationale, mais bien avec une vision mondiale qu'il est avantageux de chercher sa niche auprès des francophones. C'est pourquoi un texte sans faute est important.

N'oublions pas que même si l'anglais est la langue des affaires, le mandarin la langue la plus parlée, le français est et demeure la langue du droit, de la paix, de la diplomatie... L'histoire de l'ONU est étroitement liée à la communauté francophone.

« Histoire : de la Société des Nations aux Nations Unies
Le 15 novembre 1920, une foule genevoise enthousiaste accueillit les délégués de la Première Assemblée de la Société des Nations. Une cérémonie au pied de la statue de Jean-Jacques Rousseau rappela que le choix de Genève comme siège de la première organisation internationale politique de l’histoire n’était pas anodin et en référait à ce fameux « esprit de Genève », que les premières années d’existence de la SdN devaient exalter. »  ( http://www.unog.ch  )






Vous avez article(s) dans votre panier




Les mots pour le dire  

Une passionnée des mots comme il ne s'en fait plus. Donnez-lui une expression, une phrase ou même simplement l'idée générale que vous souhaitez transmettre et elle les peaufinera en recherchant le mot juste et la tournure de phrase appropriée. Maîtrisant le gestionnaire de contenu le plus utilisé par la clientèle de La Boutique Graphiste (Pluxml), elle pourra même faire vos corrections de site web directement en ligne!

Service rapide, révision et correction de divers documents en français : lettre, rapport, thèse, site Web, texte journalistique, contrat, etc.




Courriel
La publicité c'est dans notre nature. conception design, multimédia, production et buzz marketing